Home
 

 

Rechercher du texte

 

 

   Les thèmes du moment :
 

 

Retrouvez-nous sur
Facebook     Twitter      Instagram

              

 

 

    Le portail mondial
     de l'art mural

 Interview A-Fresco : Muraliste
 Par Lionel GRIPON

 Pour aller sur le site Web de cet artiste, cliquez sur ce bandeau ...

 

 

 

 

 

 

 

        A-FRESCO
 

 

 

 

 

 


A-Fresco,
Pinceau d'or 2009
pour
Brives-Charensac
et Pinceau d'or 2012
pour
Vaux en Beaujolais
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Cannes le Cinéma

 

 

 

 

 


Le ZOO

 

 

 

 

 


Levallois-Perret, le 20 mars 2010 :

Sur le chantier de la nouvelle réalisation qu’il est en train d’effectuer à Levallois Perret, nous rencontrons Patrick Commecy alias A-Fresco.

 

Au moment où j’arrive dans le parc public où se trouve le mur, des dizaines d’enfants sont en train de jouer et de crier. Je peux ainsi approcher et passer complètement inaperçu. J’en profite pour observer le travail des artistes. Pas de pinceaux mais uniquement des rouleaux, ils sont trois, et ils font rouler leur outil dans tous les sens. Le marouflage de la fresque bat son plein.

 Après quelques minutes, Patrick Commecy descend de son mirador, je peux ainsi me présenter et la discussion commence. Etant ravi de l’élection toute récente d’une de ses réalisations comme PINCEAU D’OR 2009 (ou La plus belle fresque réalisée en 2009 – Voir les autres fresques qui étaient en compétition lors de ce vote par le jury du site des trompe-l’œil) je suis accueilli chaleureusement pour cette première rencontre.

 L Gripon: Je vois que vous êtes en plein marouflage (réalisation de la fresque sur une toile qui est collée et appliquée sur le mur), je ne suis pas un adepte particulier de cette technique car je crois que c’est au pied du mur que l’on reconnaît l’artiste. Pouvez-vous me dire les avantages que vous avez à utiliser cette technique ?

 
P Commecy A-Fresco : Les avantages sont nombreux et multiples.

- Je peux ainsi réaliser la fresque lorsque les conditions climatiques sont défavorables, comme celle-ci par exemple, en plein milieu de l’hiver alors qu’il gèle et qu’à ces températures la peinture ne sèche pas. Je peux en plus peindre aux heures qui me conviennent, le soir lorsqu’il fait nuit par exemple ou le week-end.

- Un approche économique très fortement minimisée par deux ou par trois. Le temps de location de l’échafaudage est réduit, les frais de déplacement (hôtel, repas) de l’équipe fortement diminués.

- La fresque a une meilleure tenue dans le temps. La peinture est sur une toile, et donc la fixation de la peinture sur le support est plus forte. Le support ne s’altère pas aussi vite qu’un enduit. Il y a moins de réaction entre la peinture et son support. A la base des murs il y a souvent des remontées capillaires (humidité), ce qui peut provoquer la moisissure, avec la toile c’est très fortement minimisé. Pour moi il n’y a que des avantages.

LG : La toile est elle spéciale ?
PC :
Il s’agit de toile utilisée dans le milieu du bâtiment, pour la rénovation de murs. Toute la technique réside dans la préparation du mur et dans la qualité du collage de la toile sur le mur.

LG : La fresque est pratiquement entièrement marouflée, vous allez mettre 8 jours à l’appliquer sur le mur, mais combien de temps avez-vous mis à peindre ces 300 m² de toile en atelier ?
PC : Cette réalisation a nécessité environ 6 semaines de travail à 3 personnes.

LG : Une première fresque en région Parisienne, à Levallois Perret, pouvez-vous me dire comment vous êtes arrivé ici, si loin de vos bases ?
PC : C’est  très simple, j’ai répondu à un appel d’offre publique qui est paru sur internet, j’ai fait ma proposition et j’ai été retenu.


 

LG : Votre fresque représente de nombreux animaux sauvages, cela ne va pas faire peur aux enfants de ce square ?
PC :
En fait je pense que c’est complément l’inverse, les enfants adorent les animaux et cela va leur donner envi de venir au parc. De plus, la ville a prévu de mettre des plantes devant la fresque afin d’associer du végétal avec ces animaux qui vivent en pleine nature, ce qui va augmenter le réalisme. J’ai mis en avant des animaux Africains car j’ai passé mon enfance sur ce continent, cela a sûrement joué inconsciemment. J’ai utilisé des arches métalliques au niveau de la serre, un petit clin d’œil à Gustave Eiffel qui avait ses ateliers à Levallois Perret.







 

LG : Vous venez tout juste d’être PINCEAU D’OR 2009 pour votre fresque de Brives-Charensac, quel est votre sentiment ?
PC : Surpris et content. Surpris car je pensais que c’était plus celle du Grands-Lemps qui allait être élue. J’ai vraiment pris plaisir à réaliser la fresque de la base, qui représente des personnages qui ont fait l’histoire de la ville. Celle de Brives-Charensac est plus « simple » mais elle plait beaucoup aux personnes que j’ai pu rencontrer. C’est peut être sa simplicité qui en fait un critère d’attractivité. Mais je suis vraiment heureux d’être Pinceau d’or, d’autant plus que celle du Grands-Lemps arrive en deuxième position. Depuis huit ans, les temps ont été un peu difficile, cela me donne du baume au cœur, et me donne envie de faire encore mieux pour mes futures fresques

.

LG : Pour ces deux fresques, vous avez utilisé également la technique du marouflage ? Je devine certains éléments marouflés, les fenêtres, le tableau du bas (Grands-Lemps), mais pour le reste ?
PC : J’utilise toujours cette technique, donc effectivement elles sont marouflées presque dans leur intégralité. Pour Brives-Charensac certains éléments centraux sont peints directement sur le mur.

LG : Pouvez-vous me raconter une petite histoire sur cette fresque ?
PC :
Le jeune homme qui arrose les plantes au premier étage, n’est autre que Hubert-Sylvain le peintre qui m’a aidé dans la réalisation de la fresque, et en plus il s’agit d’un autoportrait. Les enfants à la base de la fresque sont les voisins d’Hubert-Sylvain. Le chien est une représentation du mien.

LG : Après cette fresque de Levallois Perret avez-vous des projets de fresques ?
PC : Oui, une près de Saint Etienne qui mettra en avant les gueules noires du bassin minier de cette région (voir cette fresque qui est déjà en ligne >>Voir.

LG : Quelle est la fresque la plus difficile que vous ayez réalisée?

PC : Il s’agit de Marilyn Monroe à Cannes, car je n’ai pas utilisé le marouflage à cause de la trop grande taille de cette réalisation. La fresque devait être parfaite car tout le monde connaît son visage. La bouche fait environ 4 mètres de large et les yeux sont énormes. Le moindre défaut l’aurait fait loucher. Je me suis donc retrouvé pendant des heures à environ 200 mètres du mur, à guider mes collègues peintres par téléphone (cela m’a coûté une fortune en communication) afin qu’il n’y ait pas de défauts.

LG : Quelle est votre fresque préférée, celle que vous avez réalisé bien sur ?
PC : Je n’en ai pas vraiment, en fait celle que je préfère c’est celle qui plait le plus aux passants, celle où ils s’identifient le plus à elle, soit par le côté affectif ou soit par les informations historiques qu’ils y trouvent.

Un article de Lionel GRIPON

 



 

 

La plus grande base
mondiale de l'art mural
 avec 
8200 réalisations
du monde entier.

Suivre l'actualité du site sur

Counter

   
Télécharger les e-book de ce site
UNE
EXCLUSIVITE  >>LIRE
Ce site décerne une fois par an son  
 
>>Pinceau d'or et Golden Street-Art
Vous cherchez un artiste pour une réalisation,
nous pouvons vous aider : 
>>DEVIS
 


Voir les 53 000 photos...   | Trompe l'oeil | Fresques murales  | Street-art Graffiti | Temporaires Disparues  | Murs d'enfants | Avant-Après |