Home
 

 

Rechercher du texte

 

 

   Les thèmes du moment :
 

 

Retrouvez-nous sur
Facebook     Twitter      Instagram

              

 

 

    Le portail mondial
     de l'art mural

          A FRESCO

Quelques réalisations
de l'artiste


 
Interview A-Fresco  /  Direct Live Levallois Perret

 Merci à l'artiste d'avoir répondu à mes sollicitations au delà de mes espérances
 en me faisant parvenir un texte superbe sur l'art de faire un mur, avec sa chronologie et les 
 réflexions de l'artistes par rapport à son travail  : A lire absolument  (cf plus bas sur cette
 page).


 Merci à lui de nous avoir confié quelques photos de ses réalisations, superbes entre nous, et qui
 sont en ligne sur le site .
 
Signé  : Lionel GRIPON

 


La fresque d'A-Fresco de Levallois-Perret  "PINCEAU D'ARGENT 2011"
              a servi de support à une émission de France Inter.
     Ecoutez A-Fresco et le webmaster du site, devant cette fresque.
 
Hervé Pauchon  FRANCE INTER
parle de l'élection du Pinceau d'or 2011 :


Ré-écouter l'émission de FRANCE INTER
du
Mercredi 29 Février 2012 10h50
(Durée : 6mn)


Ré-écouter l'émission de FRANCE INTER
du
Jeudi 1 Mars  2012 10h50 (Durée : 6mn)

Ses réalisations en ligne sur ce site :

Genêve

Cannes

Cannes Versoix Cannes
Cannes Jean Gabin Cannes Cannes Saint Genis Pouilly
       
Saint Genis Pouilly Saint Genis Pouilly Mandelieu
la Napoule
Cannes Brives-Charensac
Le Grand-Lemps Saint Romain
en Gal
Levallois-Perret Montpellier Chamonix
Levallois Perret Levallois Perret St Etienne de
St Geoirs
Marseille Saint Andiol
Levallois Perret Vaux en Beujolais Brives-Charensac Marseille Saint Julien
Plan-d’Orgon Vaux en Beujolais Eyzin Pinet Corps Aurec/Loire
     
Adissan Aurec sur Loire      


L’ART DE FAIRE LE MUR (par A.Fresco)

PROSPECTION
Mur aveugle ou borgne, grand blessé de l’urbanisme, mur pignon comme un moignon, abandonné
par un programme immobilier, vaste mur sans ouverture ou petit mur en quête d’hauteur,
jeune façade brute de décoffrage ou vieille muraille qui se desquame…
Les habitants en ont pitié, les élus locaux en ont honte, les peintres en ont envie. Si ce mur
est bien placé, il convaincra peut-être quelque généreux donateur de lui offrir un nouvel
horizon…


« Les Trois Rivières », restaurant antillais, Saint-Maurice en Gourgois, 20 m² - 2005

DIAGNOSTIC
Une fois trouvé le mur, le peintre doit se mettre à son pied, modestement, et faire sa
connaissance. Comment va-t-il ? Bien bâti, une santé en béton ou un peu décrépi ?
La peau lisse ou rugueuse ? Des cloques, des rides, des plaies, des tâches, des
champignons, des fuites ?

  Fonds d'écran
Le mur du cinéma à Cannes

Voir

Une fois le bilan effectué, rédiger l’ordonnance : simple coup de brosse ou reprises
d’enduits ? Simple lifting ou totale greffe de la peau ? En fonction des prescriptions,
estimer le coût du traitement. La peinture ne vit longtemps que sur un mur en bonne santé.

REFLEXION
Il faut aussi le faire parler, ce mur. Ce n’est pas une toile vierge, ni un papier à dessin,
découpé au format, éclairé comme il sied, sans contrainte ni passé.

Notre mur a vécu, parfois plus longtemps que nous.
Mur aveugle, que vois-tu ? Quel est ton paysage ? Ton quartier est-il huppé ou
populaire ? Cosmopolite, touristique, ancien, moderne, coloré, gris béton ? Qui défile à
tes pieds ? Présente-nous ceux que tu vois chaque jour, aller à l’école, faire le marché,
passer du bureau au bistrot d’à côté…

Le muraliste veut les rencontrer, leur parler, les écouter, les apprendre pour mieux
les rendre, croquer leurs vies, dépeindre leurs caractères, se faire une image d’eux tous.

NOUVEAU "VIDEOS"
D'autres vidéos de ce style à voir sur le site de l'artiste.

 
Cannes

 
Cannes

 
Cannes

 
Genève (Suisse)


Mandelieu la Napoule


Cannes

Cannes

Brives-Charensac
Fresque de 2009

Levallois-Perret

Le Chambon-Feugerolles

Chamonix

Marseille

Levallois Perret

Saint Andiol

Saint Etienne de Saint Geoirs

Levallois Perret

Vaux en Beaujolais : Pinceau d'OR 2012
Voir les autres fresques qui étaient en compétition

Brives-Charensac : Pinceau d'OR 2009
Voir les autres fresques qui étaient en compétition

 
 Fond d'écran


Voir

  Revue de presse : pinceau d'or

Revue de presse : Chamonix

 

Mur qui n’a pas d’oreille, qu’a-tu donc entendu ? Quelles histoires, quelles révolutions ?
Quels murmures, quelles musiques ? Quels désirs, quels soupirs, quelles hontes et
quelles lamentations ?Mur de silence qu’as-tu à raconter ? Mur d’enceinte de quoi
veux-tu accoucher ? Mur façade, quelle est ta vraie nature ? Qui se mure derrière
toi, qui s’affiche  avec toi ? Qui s’appuie contre toi, qui se cogne la tête ? Qui te
taggue, qui te graphe ? Le mur a ses histoires, que le peintre révèle. 

" Maroc ", terrasse couverte du restaurant « Au Bureau », Lyon, rue de Gerland, 20 m² - 2005

CONCEPTION
Retour à l’atelier. Le dossier s’alourdit, l’enquête touche à sa fin : photos, témoignages,
gravures d’époque, petites envies et grandes utopies, les documents se mettent à table,
à dessin. On commence à avoir une idée des motifs, souvent passionnels.

On reconstitue, on croque, on esquisse, on expose, on débat, on compose avec des
habitants, des décideurs, des acteurs de la ville…
Le mur sera livré en peinture publique. Il doit être populaire : vu, reconnu, compris,
apprécié et approprié par le plus grand nombre . Il joue la peau des habitants.
Si la maquette est acceptée, « le muraliste fait un tabac » : propriétaires, locataires,
architectes, élus, financeurs, techniciens ont voté. 
Le mur peint est un mur-miroir : chacun doit pouvoir s’y reconnaître, s’y retrouver.

PREPARATION
Passer de l’échelle de la maquette à celle de l’échafaudage pose un problème…de taille !

Agrandis 20, 40, 50 fois, la perspective prend la fuite, les contrastes jurent, les
couleurs se mettent à crier sur tous les tons, la touche a une drôle d’allure…
Le muraliste n’agrandit pas sa maquette, il l’adapte.
Transformer un mur aveugle en trompe-l’œil est forcément une activité louche. Surtout
avec un œil sur la maquette et l’autre sur le mur. Art ? Artisanat ? « Artisanadart » ?
Peu importe. C’est en tous cas un travail d’autodidacte, qui ne s’apprend qu’en remettant
100 fois son métier sur l’ouvrage.
Parallèlement, le muraliste prépare son chantier de bataille : plans, calques, poncifs,
gabarits, pochoirs, projections, nuanciers …Il détourne les outils existants et invente
ceux qui n’existent pas. Références, pots, rouleaux, pinceaux, éponges, chiffons,
poudres, niveaux, il fourbit ses instruments, évalue la météo, prépare son voyage. Son
projet est enfin…mûr !

 REALISATION
Travail d’équipe, travail épique. Les muralistes grimpent au mur. Vertige interdit, recul
impossible. Mesurer, tracer, calepiner, décalquer, ne rien laisser en plan, tout
mettre en perspective. Monter, descendre, remonter les couleurs (quelques tonnes
suffiront), première couche, aplats, deuxième couche, nuances, que dit la météo ?

Troisième couche, modelés, quatrième couche, finitions, que disent les passants ?
Cinquième couche, retouches, ne pas dépasser le budget, sixième couche, ne rien
négliger, une volée de marches, une envolée de pigeons, n’oublier personne, une
poignée de passants, une rangée de vitrines, improviser minutieusement, une brassée
de fleurs, une fenêtre ouverte, le chat sur le toit…

Durant quelques semaines ou quelques mois, sous le soleil ou dans le froid, les
muralistes ont pignon sur rue. Ils créent les plus vastes tableaux du monde, avec le
ciel pour cimaise, la ville comme atelier, la rue comme galerie. Les passants sont leurs
critiques d’art, et les couleurs de la vie leur palette. 

INAUGURATION
Savoir s’arrêter.
Accepter le démontage de l’échafaudage.
Devant tout le monde.
Il n’y aura plus de retouche, plus de correction, pas de repentir.
S’interdire les regrets.

Le résultat est spectaculaire, permanent de jour, éclairé de nuit, offert à tous et pour
longtemps. Petits et grands, jeunes et vieux, néophytes et spécialistes, voisins et étrangers…
Le muraliste n’a pas le moral. Il passe une mauvaise nuit, ou deux, ou plus. Il doute.
Il n’est plus démiurge, redevient spectateur. Et seul le plaisir des autres spectateurs lui
redonne l’envie d’aller refaire le mur, ailleurs…

Son œuvre ne lui appartient plus.
Elle est suffisamment grande pour être adulte :
c’est une œuvre « majeure », oui ou non ?

Vous avez aimé les réalisations de cet artiste,
retrouvez le sur son site :


 

 

Interview A-Fresco  /  Direct Live Levallois Perret

Faire défiler les images


Révision : 20 janvier 2015.

 

La plus grande base
mondiale de l'art mural
 avec 
8600 réalisations
du monde entier.

Suivre l'actualité du site sur

Counter

   
Télécharger les e-book de ce site
UNE
EXCLUSIVITE  >>LIRE
Ce site décerne une fois par an son  
 
>>Pinceau d'or et Golden Street-Art
Vous cherchez un artiste pour une réalisation,
nous pouvons vous aider : 
>>DEVIS
 


Voir les 56 000 photos...   | Trompe l'oeil | Fresques murales  | Street-art Graffiti | Temporaires Disparues  | Murs d'enfants | Avant-Après |